Budget de l'administration pénitentiaire

En augmentation ce dernières années, le budget de l’administration pénitentiaire reste néanmoins grevé par un poste de dépense principal : l’immobilier et l’accroissement du parc carcéral. Les fonds alloués à ce titre représentent la moitié des dépenses autorisées en 2017 (hors rémunération du personnel) : 1.7 milliard d’euros pour 3.4 milliards d’autorisations d’engagement. Une somme 33 fois supérieure à ce qui est prévu pour le développement des aménagements de peine et des alternatives à l’emprisonnement. Mais aussi pour la réinsertion et la prévention de la récidive. Malgré l’augmentation du nombre de personnes détenues, ces fonds n’évoluent guère, alors que la prison demeure synonyme de temps vide. En moyenne, les prisonniers n’ont accès qu’à une heure et demie d’activité quotidienne. Le seul secteur à faire l’objet d’investissements, en dehors de la construction de nouvelles prisons, est la sécurité. Les crédits ont progressé de 62% en 2017, pour le renfort de la vidéosurveillance et la sécurisation des abords des établissements.

Chargement des articles...