La prison permet-elle de prévenir la récidive ?

Aucune étude n’a démontré d’effet dissuasif de l’emprisonnement sur la délinquance, ni d’efficacité à prévenir la récidive.

La prison, institution désocialisante et criminogène

L’emprisonnement augmente les risques de récidive, parce qu’il accroît les facteurs de délinquance recensés. Les fréquentations délinquantes sont favorisées, les personnes détenues sont confortées dans leur « identité de délinquants » par le traitement qui leur est réservé en prison, ce qui vient alimenter un ressentiment envers les institutions.
Les difficultés d’insertion socio-professionnelles sont accrues par un séjour en prison : perte d’emploi, accès à l’emploi plus difficile du fait d’un « trou » dans le CV, interruption des minima sociaux, perte de logement. Les difficultés conjugales sont également accrues. Une union sur trois se termine dans la première année de l’incarcération.

Pour moins de récidive, les peines alternatives

Ainsi, le risque de récidive est presque deux fois plus élevé après une condamnation à de la prison ferme qu’après une peine alternative. Le ministère de la Justice lui-même soulevait en 2014 que « la récidive est toujours moindre après des sanctions non carcérales : alors que 61 % des sortants sont réincarcérés dans les 5 ans, seules 32 % des personnes condamnées à une peine d’emprisonnement avec sursis avec mise à l’épreuve sont recondamnées à la prison ferme ». Pour ces raisons, le Conseil de l’Europe préconise de privilégier les sanctions alternatives.