Silence autour d’une suspicion de Covid-19 au centre pénitentiaire du Havre

Cinq jours après l’évacuation, en pleine nuit, d’un détenu présentant des symptômes du Covid-19, sa famille reste sans nouvelles de lui. L’homme, incarcéré au Havre, aurait été isolé au quartier réservé aux arrivants.

D’après des informations recueillies par l’OIP, un détenu au quartier maison d’arrêt du centre pénitentiaire du Havre aurait présenté des difficultés respiratoires et se serait plaint de vertiges et de maux de tête dimanche 29 mars, aux alentours de 23h30. Ses deux codétenus auraient alors alerté le personnel pénitentiaire via l’interphone de la cellule, en décrivant les symptômes constatés et en faisant part de leur vive inquiétude. Mais le surveillant en poste aurait refusé d’intervenir, leur recommandant d’allonger le malade sur un matelas au sol en attendant la ronde du lendemain matin. Vers deux heures du matin, les difficultés respiratoires s’aggravant, les trois hommes ont à nouveau essayé d’alerter les surveillants, sans succès. Ils auraient alors décidé d’utiliser un téléphone portable (dont la possession est interdite en prison) afin d’appeler directement le Samu. Environ quarante-cinq minutes plus tard, des personnels de l’administration pénitentiaire sont entrés dans la cellule pour évacuer le malade – en l’absence de personnel soignant – alors que ce dernier était simplement vêtu d’un short, d’un t-shirt et d’une couverture.

Depuis, sa famille est sans nouvelles de lui. À peine son avocate a-t-elle pu apprendre jeudi du juge de l’application des peines que, selon la direction de l’établissement, son état de santé était stationnaire. D’après l’avocate, plusieurs autres détenus présentant des symptômes préoccupants auraient été déplacés au quartier arrivants de l’établissement. L’un des codétenus a, depuis, été libéré. Le second est confiné dans sa cellule mais ne bénéficie a priori pas d’un suivi médical.

Contactée par l’OIP, la direction de l’établissement n’a pas donné suite à nos demandes. La direction interrégionale de l’administration pénitentiaire n’a quant à elle pas apporté les clarifications demandées sur cette affaire, confirmant seulement que le Samu a été « mis en relation avec la personne » mais qu’il « n’a décidé aucune extraction médicale, ni même de se déplacer ». Elle affirme en revanche que « les personnes présentant des symptômes sont placées, en lien avec l’unité sanitaire, dans un quartier spécifique » et que la prison du Havre « ne compte à ce jour aucune personne confirmée Covid-19 » – sans préciser toutefois si des personnes ont été testées.