Nouvelle direction, ouverture d’UVF annulée

« Les unités de vie familiale sont prêtes, l’entreprise les a livrées dans les temps mais on vient d’apprendre que leur ouverture a été annulée par la nouvelle direction.

Elle veut ajouter des travaux, chemins de rondes, etc. Les chantiers devront reprendre après de nouveaux appels d’offres, devis et autorisations. On est donc dans l’obligation d’attendre, d’attendre et d’attendre à nouveau pour un bon moment. Toujours aux dépens des liens familiaux, seule chose qui reste à la plupart d’entre nous. Les salons familiaux qui nous étaient jusque-là octroyés le week-end avec nos compagnes ont en plus été réduits à un mensuel. De ce fait, la majorité du temps, les quatre salons disponibles restent vides et nous nous retrouvons en couple dans les parloirs traditionnels. La direction nous dit que la loi n’autorise qu’une seule visite en salon par mois [N.D.L.R. : faux, la loi ne donne pas de maximum, elle prévoit « au moins » une visite trimestrielle dans une UVF ou un salon familial pour tout détenu]. L’ancienne direction les accordait bien plus souvent ce qui évitait de les laisser inoccupés. Lors des parloirs, les fouilles à nu persistent, aussi bien à l’aller qu’au retour, en plus du scanner corporel et du portique. Malheur à vous si après cette humiliation subie, votre bouton du jean fait sonner ce portique… on fait marche arrière et on doit une nouvelle fois se mettre à nu. »

Personne détenue, maison centrale, mai 2014