Le sous-équipement des prisons françaises pour les rencontres familiales et amoureuses

Les premières unités de vie familiales ont ouvert en 2003. Depuis la loi pénitentiaire de 2009, toutes les personnes détenues peuvent en principe en bénéficier. L’application de ce droit est pourtant fortement contrainte par le faible équipement des établissements pénitentiaires.

Le sous-équipement des prisons françaises pour les rencontres familiales et amoureuses

Les unités de vie familiales sont de petits appartements meublés de deux ou trois pièces, dans l’enceinte de la prison mais à l’écart de la détention, dans lesquels les détenus peuvent recevoir un ou plusieurs proches, pour une durée comprise entre six et soixante-douze heures. Depuis la loi pénitentiaire de 2009, toutes les personnes détenues peuvent en principe en bénéficier. L’application de ce droit est pourtant fortement contrainte par le faible équipement des établissements pénitentiaires.

En juillet 2018, seulement 48 établissements sur 188 en sont équipés (au total, 156 UVF accessibles), 77 si l’on compte les salons familiaux (au total 105 salons familiaux, petites pièces dotées d’un canapé et d’un coin sanitaire, réservables pour une durée de 6 heures maximum).

  • En savoir plus sur les UVF et les liens avec l’extérieur en prison : lire notre enquête « Sexualité en prison » dans Dedans Dehors.