Mort d’un détenu épileptique à Draguignan : la responsabilité des surveillants questionnée

Dans la nuit du 11 au 12 février 2022, Hakim , 24 ans, décédait à la maison d’arrêt de Draguignan. Souffrant de nombreuses pathologies, le jeune homme aurait été victime d'une crise d'épilepsie la nuit de son décès.

Seul en cellule, il aurait tenté de joindre, à plusieurs reprises, les surveillants via l’interphone. En vain. Selon une source proche du dossier, le personnel de surveillance aurait à chaque fois décroché et raccroché immédiatement, sans échanger avec lui. Une pratique qui ne semble malheureusement pas isolée.

Après de premières constatations et auditions, le parquet de Draguignan a décidé de poursuivre l’enquête préliminaire pour « omission de porter secours » et sollicité une expertise complémentaire auprès du médecin légiste « afin de déterminer si une intervention plus rapide des surveillants aurait pu éviter [le] décès » du détenu, précise le Procureur. Des poursuites disciplinaires seraient également envisagées, mais la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Marseille n’a pas souhaité échanger à ce sujet.

Par Charline Becker