Le « mariage pour tous » arrive en prison

Mariage et droit à l'intimité en détention pour les couples homosexuels ?

Dans une note du 7 août 2013, le directeur de l’administration pénitentiaire (DAP) indique aux chefs d’établissements que « l’état de détention ne doit en aucun cas constituer un obstacle au mariage » des personnes de même sexe tel que prévu par la loi du 17 mai 2013. « Dans tous les cas, les restrictions imposées devront se réduire au strict nécessaire ». Comme pour tout mariage concernant au moins une personne détenue, des aménagements peuvent concerner « le choix des témoins ou l’organisation matérielle de la cérémonie et [peuvent] aboutir, le cas échéant, à surseoir à la célébration », mais uniquement « si des circonstances exceptionnelles le justifient ». Une fois célébré, le mariage devra être pris en compte notamment dans l’octroi d’une Unité de vie familiale ou d’un parloir familial. Particularité pour les personnes de même sexe : dans le cas où elles sont toutes deux incarcérées, un établissement pourra « tout à fait accueillir favorablement [leur] demande d’être affectées dans la même cellule, sauf raison de sécurité qui s’y opposerait », recommande le DAP. Il conviendra aussi « de leur permettre l’accès en commun aux activités de l’établissement, lorsqu’elles en émettent le souhait ».
Note DAP du 7 août 2013