DEDANS DEHORS n°108 - octobre 2020
Prise en charge de la radicalisation en prison : la grande illusion

L’augmentation du nombre de personnes incarcérées pour des affaires en lien avec le terrorisme et les risques de radicalisation des détenus de droit commun ont, ces dernières années, mis les prisons sous pression. Mais face à des injonctions contradictoires, l’administration pénitentiaire peine à donner un sens à leur prise en charge. Bien souvent, la sécurité l’emporte sur l’accompagnement, et l’objectif de neutralisation sur celui de réhabilitation.

Abonnement annuel : 30€
Au numéro : 9,50€
Commander le numéro

Sommaire

Dossier

  • Lutter contre la radicalisation, un défi pour l’administration pénitentiaire
  • Au QER, une évaluation en trompe l’œil
  • Évaluations : le grand détournement
  • Dans le piège du soupçon généralisé
  • Zoom sur le QPR de Condé-sur-Sarthe, symbole d’une dérive
  • Il témoigne · Itinéraire carcéral d’un « terro »
  • Pour les plus radicaux : l’isolement, et après ?
  • Taule story · Quand la maladie devient une circonstance aggravante
  • L’aménagement de peine, un mirage qui s’éloigne de jour en jour
  • Quand la peine n’en finit pas : la valse des mesures de sûreté
  • Mesures de surveillance administrative : de casse-tête en quiproquo, la réinsertion entravée
  • Pairs, un dispositif de prise en charge de la radicalisation en milieu ouvert